LE DOCKER


 

LE DOCKER


DESCRIPTION

Sur les quais, le docker prend en main la marchandise du navire. Les palanquées de sacs de farine, les conteneurs de produits forestiers et les chariots élévateurs n’ont pas de secret pour lui.

Le docker est un ouvrier, qui charge et décharge tout type de marchandise à bord des navires. Ces opérations mettent en œuvre différents équipements mécaniques et requièrent le respect de nombreuses règles de sécurité.

NATURE DU TRAVAIL

Un manutentionnaire polyvalent

Dans les ports, pas une cargaison n’échappe aux dockers. De la pâte à papier aux céréales en passant par les produits de la métallurgie, ils chargent et déchargent toutes les marchandises qui embarquent ou débarquent du bateau. Ces manutentionnaires jouissent en fait d’un véritable monopole dans le domaine public maritime. Si, hier, les bras suffisaient, aujourd’hui, il est impératif de maîtriser plusieurs fonctions et d’occuper différents postes.

L’ouvrier docker prépare le matériel. Il doit notamment installer les câbles (élingues) ou les treuils, et guider les conducteurs dans leurs manœuvres lorsqu’ils sont au volant de chariots élévateurs, de grues ou d’autres engins. Il peut également participer à l’ouverture des panneaux de cale ou arrimer les colis, selon les consignes de chargement ou de déchargement qui lui sont données.

Le plus souvent, cette tâche revient au calier. Au moment du chargement, ce spécialiste effectue les opérations de calage et d’arrimage spécifiques à chaque colis, en utilisant le matériel qu’il juge adapté. En revanche, c’est au conducteur d’engins de piloter divers appareils de levage de capacité et de hauteur plus ou moins grande (portique, grue, élévateur…). Enfin, l’agréeur contrôle l’état des céréales. Une mission qui consiste à vérifier avec précision leur hygrométrie, leur taux d’impuretés…

COMPETENCES

De la force et du sérieux

C’est une profession où la force physique doit s’allier au sérieux. L’installation de matériels de plus en plus sophistiqués n’a pas fait complètement disparaître la manutention proprement dite. De même, les contraintes de navigation imposent des horaires irréguliers (nuit, weekend, jours fériés…). Une santé de fer et une bonne hygiène de vie doivent donc aller de pair avec une grande disponibilité et une parfaite ponctualité.

Un mauvais arrimage, des erreurs de manutention ou, par exemple, une mauvaise affectation des marchandises peuvent avoir des conséquences matérielles, corporelles et financières graves. Il est donc impératif de respecter les consignes et les règles de sécurité à la lettre.

 

Enfin, cet ouvrier polyvalent, qui possède une culture générale maritime, sait conduire et utiliser un engin élévateur ou automatique.