Le Pilote Maritime


 

Le Pilote Maritime


pilote

Le pilote porte assistance aux capitaines des navires pour la conduite de leurs navires à l’entrée et à la sortie des ports, en rade et dans les eaux intérieurs.

Le pilotage est obligatoire dans les limites de chaque port pour l’ensemble des navires à l’exception de ceux cités dans l’article 178 du code maritime qui affranchit les navires à voile d’une jauge nette inférieure à 100 tonneaux , les navires à propulsion mécanique inferieure à 100 tonneaux, les navires à propulsion mécanique affectés exclusivement à l’amélioration et à la surveillance des ports et de leurs accès tels que remorqueurs, porteurs, dragues ,chalands,… etc., cette obligation n’est que relative dans la mesure ou ce n’est pas la présence du pilote à bord qui est imposée mais seulement le paiement des taxes de pilotage que le pilote ait ou non apporté son concours au navire.

Antérieurement, le corps des pilotes maritimes était régi par arrêté du 19/09/1977, pris par le ministère des transports, fixant les conditions de recrutement des pilotes maritimes, notamment ses articles 2 et 6 :

L’exercice du pilotage maritime est dévolu aux détenteurs de qualifications professionnelles telles que précisées ci-après et agrées aux conditions suivantes :

- Être titulaire du brevet de capitaine à bord de navire d’une jauge brute supérieure à 5000 tonneaux ou d’un titre des forces navales reconnu équivalent par le ministre chargé de la marine marchande et des ports. Les titulaires de brevets de second capitaine à bord, de navire d’une jauge brute supérieure à 5000 tonneaux, peuvent également, en cas de nécessité, être candidats à l’exercice de la fonction de pilote ;

- Ayant exercé vingt-quatre (24) mois, au moins, les fonctions de capitaine, ou quarante-huit (48) mois, au moins, la fonction de second capitaine, à bord des navires pratiquant la navigation restreinte ou sans restriction ou dix (10) années de commandement de navires des forces navales d’une longueur égale ou supérieure à soixante (60) mètres ;

- Ayant suivi avec succès, en qualité d’aspirant pilote, un stage d’une durée de douze (12) mois, au moins, pour les capitaines, et de trente-six (36) mois, au moins, pour les seconds capitaines, sous la conduite d’un chef-pilote de la station de pilotage du port concerné ou d’un instructeur désigné à cet effet, selon des modalités définies par arrêté du ministre chargé de la marine marchande et des ports»